Le 4 mai 2020:

Quelques jours après la levée du confinement, voici une belle occasion de faire un premier bilan de notre épidémie. N'est-elle pas l'occasion de porter un regard sur notre société, sur la gouvernance de nos hôpitaux et sur le modèle social européen? Le flottement de l'Etat français a montré une étrange impréparation de ses administrations, qui revendiquaient pourtant le meilleur système de santé du Monde. Elles ont été incapables de traiter un accident aussi banal qu'une épidémie de grippe, comme si elles avaient été prises en défaut. Car il ne faut pas oublier les heures austères que nous avons vécues, la paralysie de notre continent, et notre isolement personnel, autant d'expériences totalement inédites. L'épidémie nous a forcés à une retraite et donc un certain recueillement. Quelles belles résolutions pourrons-nous prendre après nos 6 semaines de silence?  

         Dans presque tous les pays du monde, les citoyens ont remarqué l'impréparation des autorités face à l'épidémie virale. Les gestes simples, comme le port d'un masque dès qu'on sort de la maison (masque), n'ont finalement été adoptés qu'après 3 mois d'hésitations et de langue de bois (voir: le port du masque , les tests à grande échelle).

         L'Académie de médecine s'est alertée et a rappelé nos dirigeants à l'ordre : "La pandémie actuelle a révélé de graves lacunes dans la préparation à la pandémie de notre pays" rapporte le journal Hospimedia. Les médecins se sont opposés à l'Etat. De nombreux analystes ont constaté l'impréparation de notre système sanitaire, pourtant en rénovation constante depuis une vingtaine d'années. Tandis que les succès de l'Allemagne  aggravaient nos doutes. "Il apparaît clairement aujourd'hui que les dirigeants allemands avaient bien anticipé la pandémie  ce qui n'a pas été le cas de la France où l'évolution de la maladie avait rapidement saturé un système hospitalier déjà affaibli depuis des années" rapporte le Journal du dimanche 

         Le premier enseignement de la crise du virus Corona serait la découverte de l'impréparation de l'Etat face à un événement grave mais naturel, et donc prévisible. Le système hospitalier français s'est montré très vulnérable. On a assisté à des situations désastreuses dans nos services de réanimation. Or ce système de santé est très coûteux. On en conclut aisément qu'il était mal organisé, pas assez préparé à une crise infectieuse, comme s'il avait manqué d'expertise  médicale et qu'il avait dirigé en dehors de la réalité. Les 20 années de transformation bureaucratique de la Médecine avaient pour but officiel de supprimer les dépenses inutiles, quitte à priver les médecins de toute autonomie. Par contre, nos voisins allemands ont montré un système de santé publique remarquablement organisé. Combien nous aura coûté notre erreur de gouvernance? 200 milliards d'euros, 300 milliards d'euros? La dette publique de 2.400 milliards d'euros vient d'augmenter de 10% en 3 mois. Notre manque de réalisme va nous coûter cher.  A tel point que le modèle allemand finira probablement par s'imposer à nous pour de simples raisons d'efficacité.            

            Par rapport aux Chinois, et aux Coréens, la plupart des pays européens ont été éprouvés car ils étaient mal organisés. Il a fallu attendre trois mois, et des dizaines de milliers de morts, pour qu'une réponse concertée finisse par émerger. Nos Managers de la Santé publique étaient dépassés, leurs initiatives inconsistantes, et leurs premières décisions ont été mauvaises.  En fait, les Etats occidentaux n'ont rien vu venir,  ils ont tardé à réagir, ce qui a encore aggravé leur situation. Pourquoi ? Depuis 50 ans, les Administrations des Etats occidentaux ont recherché le profit immédiat en pratiquant un management néolibéral c'est-à-dire marchand.  Or, cette idéologie à court terme vient de se solder par la plus grave crise économique depuis 1929. Après le SARS puis le MERS, une nouvelle épidémie virale était probable, pourquoi avoir négligé cette hypothèse ? Parce qu'elle n'était pas "rentable" ? Non préparés à une crise, les Etats occidentaux ont fini par confiner leurs populations, et ont du accepter de condamner leurs propres Economies. Cette décision est historique. La protection des habitants l'a emporté sur les intérêts financiers. Un déficit géant s'est installé en quelques semaines. En ce moment, l'Administration Trump vit un désastre (voir: Trump se fait taper sur les doigts par la revue Science). 

          Le second enseignement du virus Corona est que nous vivons un bouleversement politique. Les pays occidentaux se sont montrés incompétents. La simple précaution guidera les Etats vers des politiques sécuritaires sur le long terme (l'académie de médecine donne des recommandations). L'idéologie néolibérale qui imprègne les administrations  devra être mise sous tutelle et les Etats devront se re-financer tout en se préparant à une nouvelle épidémie. Cette crise majeure du Capitalisme a été provoquée par... un virus, donc un élément naturel. Depuis 50 ans l'idéologie de l'école de Chicago prétendaient diriger le Monde. Mais elle vient de provoquer une crise économique plus grave que la banqueroute de 1929. Nous touchons ici du doigt les limites du Management autoritaire à l'américaine, et le succès du management "consensuel" à l'allemande qui semble beaucoup plus réaliste.  

            L'impréparation à notre crise sanitaire serait  la conséquence de l'idéologie financière  de  R. Reagan et M. Thatcher, installée au coeur de nos administrations. Les personnels soignants ont été frappés par des restrictions budgétaires incessantes. Ils sont passés du statut de médecins ou d'infirmières, à celui d'"offreurs de soins" (l'offre de soins à l'hôpital, Place des "offreurs de soins": Haut Conseil de la santé publique). Pour les Managers financiers, la Médecine a été considérée comme une marchandise, et les médecins ont été réduit à un rôle de marchands. Or, notre crise sanitaire a montré une tout autre réalité : c'est grâce au travail désintéressé de ces mêmes médecins et soignants que la crise a pu être contenue. Ceci veut dire que l'idéologie qui a animé les administrations de l'Etat était erronée. Le professeur Agnès Hartemann,  endocrinologue à Paris Salpêtrière, disait sur France Info:

"...depuis deux mois nous ne vivons plus sous le joug de l'Administration. On ne les entend plus, et nous pouvons enfin faire notre métier librement".

             Et si notre crise sonnait l'échec de la "modernité" (David Graeber,"Bureaucratie")? La bureaucratie paralyserait les Etats, au lieu de les servir.  Le troisième enseignement du Corona serait la reconnaissance de la Médecine comme un pilier de la sécurité de l'Etat. Elle n'est pas un secteur marchand soumis aux règles du profit immédiat. Sinon elle aurait du être fermée pendant deux mois... Le rôle de l'académie de Médecine s'est révélé essentiel pour palier les insuffisances du gouvernement.  Le principe de précaution voudra d'ailleurs que l'on se prépare à la prochaine épidémie, et que la Médecine se détache de plus en plus de l'emprise bureaucratique, et qu'elle s'organise elle-même au plus près de la réalité du terrain selon le modèle réaliste de l'Allemagne.

         Avec le virus Corona,  nous assisterons nécessairement à un changement de société. Car la Médecine a bien été le dernier recours. Le Président Macron avait annoncé "que nous étions en guerre", donnant à cette épidémie une emphase nationale. L'envahisseur était cette fois 10.000 fois plus petit qu'un cheveu... Le quatrième enseignement sera que la Santé n'est plus une fonction subalterne (marchande). Le concert des casseroles de 20 heures pour soutenir les soignants a été une Révolution (voir: les casseroles de 20 heures) il ne faut pas l'oublier. Les citoyens ont eu très peur de mourir ! Aujourd'hui, la sécurité sanitaire est devenue leur principale préoccupation. Qui l'assure ? L'absence de représentation de la Médecine (et des médecins) au sommet de l'Etat s'est fait cruellement ressentir ce qui explique notre retard dans les décisions stratégiques par rapport à l'Allemagne, ou la Suisse.  Ce sont bien les "offreurs de soins" qui ont sauvé la République.  Il sera difficile de ne pas les affranchir ... 

 
            

Une doctoresse fait sa consultation d'ORL en avril 2020. Globule blanc et virus Corona (wired)

        

            Voici quelques réflexions personnelles.  Nos sociétés vont-elles changer ? Dans quel sens ? Plus de profit pour les entreprises, plus de surveillance des citoyens, plus de Bureaucratie autoritaire ? Rien ne changerait donc. Ou bien, les citoyens vont-ils exiger une autre façon de gouverner la Santé publique?

          Aujourd'hui le temps semble venu de s'interroger sur notre société néolibérale. Quelques ouvrages vous proposent une analyse économique (chez l'Harmattan) ou politique (chez Elzevir). Comment la Médecine est-elle devenue un produit marchand ? Le Management, c'est l'art de négocier la compétence des médecins ("offreurs de soins"), et d'enrichir les donneurs d'ordre par le seul fait de vendre leurs prestations. C'est ce qu'on appelle la marchandisation. Mais ce rôle dégradé des médecins n'a-t-il pas montré la faiblesse de notre système face à une vraie menace de Santé publique? N'a-t-elle pas laissé s'installer la panique parmi les citoyens? Alors qu'on envoie des robots  sur la planète Mars, ou qu'on construit des hôpitaux à 1 milliard d'euros pièce, où en est la vraie Santé publique? Le Covid signe comme le retour du "New Management" vers la réalité... 

             L'angoisse s'est donc installée en nous.  Vous trouverez un ouvrage consacré aux récits de mort imminente chez les prophètes de toutes les religions ("Fils du Soleil et de la Lune"). Ce livre explore l'origine des religions du monde influencées par des récits d'E.M.I (expérience de mort imminente), le tunnel et la lumière blanche, le rôle du Soleil et de la Lune décrit par Platon et l'idée que l'Âme se détache du corps. Cette expérience de la dissociation est racontée dans tous les récits, et pourtant ce sont les égyptiens antiques qui l'ont codifiée dans leurs manuscrits de -2000 avt. J.C..

           A paraître, un thriller martien. Le Martien philosophe s'étonne du fonctionnement de la société néolibérale et annonce la fin du Trans-humanisme californien. Il s'agit ici d'une critique de la Bureaucratie et du règne du management informatisé, et donc inhumain. 

         Le roman "Virus ou la grippe des oiseaux" retrace l'effondrement d'une société confinée à cause d'une infection virale. Les médecins ont perdu leur rôle de consolateur et d'observateur de la Nature :     

"Au sortir de la guerre mondiale, la médecine traditionnelle fut remplacée par une médecine administrative. Sa Beauté et sa Magie furent expurgées par une génération de managers  pour en faire un service public. A ce moment là, la plupart des médecins perdirent leur âme. L'Etat moderne la remplaça par l'obéissance administrative, c'est-à-dire la stérilité. C'est cela, la plupart des docteurs se sentaient maintenant inutiles, ils avaient cessé de s'interroger et ils se contentaient d'appliquer les consignes de l'Etat ". 

 référence n°1: "la Tribune": quatre signaux faibles, le 25/04/2020

 référence n°2: "France 24", 30/04/2020

 

                              Vous pouvez lire: 

 

Santé riche & Médecine pauvre:

     voir le contenu

 pour commander ce livre: voir: editions-harmattan

 

 

La médecine au coeur de la nouvelle économie:

pour commander ce livre: editions-harmattan.fr

 

 

Le livre noir des médecins des hôpitaux:

 pour commander:Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Fils du soleil et de la Lune:

 voir le contenu

pour commander ce livre: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

https://club.doctissimo.fr/persoons/

 

 

Virus ou la mort des oiseaux:

   voir le contenu

commander ce livre: librairie Abao

 

 

Quand Bruxelles s'éveillera:

 

commander ce livre: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Silvère le martien:

 

Le martien philosophe:  ici

commander ce livre:Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.